AsFar Rabat

Foot Marocain [ As Far Rabat ]
 
AccueilGalerieS'enregistrerConnexion
-50%
Le deal à ne pas rater :
Friteuse à air chaud (sans huile)
75.04 € 149.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Hommage a Bob Marley

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Cox
Fondateur
Fondateur
Cox

Masculin
Nombre de messages : 40410
Age : 119
Localisation : Pays Gaulois
Date d'inscription : 08/02/2005

Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: Hommage a Bob Marley   Hommage a Bob Marley EmptyMer 9 Fév - 10:02

Hommage a Bob Marley 1977_paris_foot

1 grand evenement concernant l anniversaire des 60ans de bob marley vient davoir lieu a addisabeba avec 1 grand match de foot prevu pour la circonstance , normalement cest pour demain si je me trompe pas :wink:

1 lien pour voir le rapport entre bob et le foot


http://robertnestamarley.free.fr/football.html


Dernière édition par Cox le Jeu 2 Oct - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cox
Fondateur
Fondateur
Cox

Masculin
Nombre de messages : 40410
Age : 119
Localisation : Pays Gaulois
Date d'inscription : 08/02/2005

Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: Re: Hommage a Bob Marley   Hommage a Bob Marley EmptyVen 11 Fév - 12:19

Hommage a Bob Marley Bob%20Marley%20statue
Revenir en haut Aller en bas
WYDADI_10
remplacant
WYDADI_10

Nombre de messages : 13
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 09/02/2005

Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: Re: Hommage a Bob Marley   Hommage a Bob Marley EmptySam 12 Fév - 7:15

Serieusement, ils auraient du pensé à rendre hommage en même temps au public du raja et à des joueurs comme Dolmy, driss hacha, ougadi, breija...sans oublier joumhour al magana, dimadima tabwika afro afro
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dimadimawydad.forumactif.com
hicham
Vip
Vip
hicham

Nombre de messages : 1276
Age : 39
Localisation : Rabat
Date d'inscription : 16/02/2005

Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: merci cox2006 pour le lien   Hommage a Bob Marley EmptyMer 16 Fév - 20:57

merci amigo pour le lien il est tres interessant
Revenir en haut Aller en bas
http://perso.menara.ma/hamdan
Cox
Fondateur
Fondateur
Cox

Masculin
Nombre de messages : 40410
Age : 119
Localisation : Pays Gaulois
Date d'inscription : 08/02/2005

Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: Re: Hommage a Bob Marley   Hommage a Bob Marley EmptyMar 15 Aoû - 17:37

Hommage a Bob Marley Av-7360

_________________
As Far Forever.
Hommage a Bob Marley Cox210
Revenir en haut Aller en bas
pierroactu
defenseur
pierroactu

Masculin
Nombre de messages : 89
Age : 37
Localisation : nice
Date d'inscription : 26/10/2005

Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: Re: Hommage a Bob Marley   Hommage a Bob Marley EmptyJeu 17 Aoû - 21:54

A l'époque où il était en France et qu'il a joué cotare les pros de Nantes avec son groupe les wailers, ceratins Nantais ont confié (beaucoup) plus tard que ces rastas-là avaient un très bon niveau. Pas pro, mais presque.
Revenir en haut Aller en bas
Cox
Fondateur
Fondateur
Cox

Masculin
Nombre de messages : 40410
Age : 119
Localisation : Pays Gaulois
Date d'inscription : 08/02/2005

Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: Re: Hommage a Bob Marley   Hommage a Bob Marley EmptyVen 18 Aoû - 10:46

pierroactu a écrit:
A l'époque où il était en France et qu'il a joué cotare les pros de Nantes avec son groupe les wailers, ceratins Nantais ont confié (beaucoup) plus tard que ces rastas-là avaient un très bon niveau. Pas pro, mais presque.

je peux y croire , cetait un plaisir pour eux afro le football

_________________
As Far Forever.
Hommage a Bob Marley Cox210
Revenir en haut Aller en bas
Cox
Fondateur
Fondateur
Cox

Masculin
Nombre de messages : 40410
Age : 119
Localisation : Pays Gaulois
Date d'inscription : 08/02/2005

Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: Re: Hommage a Bob Marley   Hommage a Bob Marley EmptySam 30 Juin - 15:34

Hommage a Bob Marley Bobfutb
Revenir en haut Aller en bas
Natalinho
Animateur
Animateur
Natalinho

Masculin
Nombre de messages : 1628
Age : 42
Localisation : LILLE-CASABLANCA
Date d'inscription : 15/06/2005

Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: Re: Hommage a Bob Marley   Hommage a Bob Marley EmptyDim 1 Juil - 5:03

Comment l'un des musiciens les plus populaires du XXe siécle, a croisé la route du FC Nantes et tapé dans le ballon en compagnie des Nantais...

Un petit entraînement tranquille...

1980. Les Canaris sont champions de France pour la cinquième fois. Le championnat se termine, les supporters exultent. Rideau. Enfin pas tout à fait... Car Bob Marley passe par Nantes avec les Wailers, pour donner un concert au parc des expositions. Et le FC Nantes reçoit un coup de téléphone du manager des Wailers. Celui-ci souhaite organiser un petit match entre des joueurs du club et les Wailers. Car tout le monde ne le sait pas, mais Bob Marley est un mordu de football. Il faut dire que pour la jeunesse de Jamaque dans les années cinquante-soixante, l' époque de Bob Marley, il n' y a pas cinquante moyens de rêver à sortir du ghetto. La musique, voie que Bob finit par choisir. Et le ballon rond, que son ami Alan Skill Cole choisit, avant de devenir le plus grand footballeur jamaïcain de l'histoire.

C'est donc bien sur les bords de l'Erdre, sur un stabilisé de la Jonelière, le matin du 2 juillet 1980, que cinq joueurs nantais, aprés l'entraînement, affrontent en tout amitié cinq Wailers, avec Bob à leur tête (malgré sa blessure récurrente à l'orteil, qui avait permis de détecter des cellules cancéreuses d'os 1977). Les cinq élus : Henri Michel, Jean-Paul Bertrand-Demanes, Gilles Rampillon, Bruno Baronchelli et Loïc Amisse. Et face à eux, outre Bob en attaque, Al Anderson, Junior Marvin, Carlton Barett et Aston barett. Les Canaris ne voient dans ce match qu'un petit entraînement tranquille. Ils ne savent pas que Bob Marley a passait sa jeunesse à jouer au foot.

Eric Pécout est absent, mais il se souvient tout de même de l' évènement : "Les joueurs nantais qui ont joué m'ont dit qu'ils avaient pris le bouillon ! Ils avaient souffert au début parce que les Wailers jouaient mieux que prévu... Il a fallu qu'ils se bougent pour les battre de justesse sur la fin. Les Nantais ont pris le match par-dessus la jambe au début, ils étaient menés.Egalité. Menés.Egalité ! ça a duré trois quarts d'heure. Les Wailers, c' étaient des bons ! Bob se débrouillait trés, trés bien. Les musiciens de Bob jouaient tous les jours, dès qu'ils avaient deux minutes. J'aurais bien aimé jouer ce match." Baronchelli confirme le niveau de ses adversaires d'un jour : "Avant d'affronter Bob et les Wailers, on avait déjà fait des oppositions contre des célébrités qui aimaient le ballon. Eux, c'étaient vraiment des fans de foot et de bons footballeurs."

"On sentait qu'ils aimaient ça..."

Parmi les présents, Gilles Rampillon se rappelle de son côté d'un "pur moment de bonheur. J'ai même gardé une photo de moi avec le Maître. Le fait que Bob Marley ait sollicité cette rencontre prouvait qu'ils en avaient l'envie... Et les moyens ! C'était un petit match aprés l'entraînement, un petit cinq contre cinq. On avait joué avec des petits buts et c'était trés agréable. Bob Marley et son groupe étaient réellement passionnés de football." Un souvenir euphorique que partage Jean-Paul Bertrand-Demanes : "Déjà , rencontrer Bob Marley ! C'était quand même une icône ! Je me souviens qu'aprés le match, ils nous avaient offert un disque dédicacé. On est même allé dans le car des Wailers, et il y avait de la fumée... C'était pas de la Gitanes maïs ! Bob était super sympa, il jouait pas mal au foot, un vrai amoureux du ballon. Son équipe, c'était pas des charlots, ça jouait ! Aprés le match, on a été aussi invité au concert de Bob à Nantes, c'était un bon moment."

Loïc Amisse de son côté modère un peu les mérites de son adversaire d'un jour : "Bob Marley et ses potes n'étaient pas franchement agressifs, plutôt décontractés. On sentait qu'ils aimaient ça, manipuler le ballon. Pour nous, joueurs nantais, c'était un moment assez unique : Bob Marley représentait quelque chose, un type respecté dans son milieu, et puis le reggae était à la mode à l'époque. Bon, il ne faut pas s'enflammer non plus, il n'avait pas le niveau pour intégrer le centre de formation du FCN ! Mais bon, il maniait assez bien le ballon. Dans le jeu, Bob était plutôt habile. A la fin, il nous a signé des autographes, d'ailleurs j'ai gardé le disque qu'il nous avait dédicacé."

Un symbole

Derrière l'anecdote amusante, il y a cependant dans cette rencontre fraternelle, et dans la venue même de Bob Marley à Nantes, un sens caché ui n'éhappait probablement pas à l'intéressé lui mêmedescendant d'esclaves le plus célébre de son temps vienne dans l'ex-capitale européennedu commerce triangulaire chanter pour la jeunesse nantaise n'est pas anodin. Nantes en 1980 n'avait d'ailleurs pas encore effectuéle travail de mémoireaccompli depuis. Voir Bob Marley jouer avec le maillot nantais, en soi, symbolise beaucoup. On aimerait d'ailleurs que le foot, comme la musique, ne symbolise jamais autre chose que la paix et la fraternité. Un voeupieux, le plus souvent.

Moins d'un an plus tard, le lundi 11 mai 1981, Bob Marley meurt à36 ans àMiami, des suites d'une tumeur au cerveau. Le lendemain, le FC Nantes trébuche en championnat en concédant un nul à domicile face à Saint-Etenne.Les Verts terminent champions un mois plus tard, avec deux points d'avance. Les Nantais ont deux yeux pour pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
Cox
Fondateur
Fondateur
Cox

Masculin
Nombre de messages : 40410
Age : 119
Localisation : Pays Gaulois
Date d'inscription : 08/02/2005

Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: Re: Hommage a Bob Marley   Hommage a Bob Marley EmptyJeu 2 Oct - 21:31

Hommage a Bob Marley 749


Bob Marley et le Football



"Football is a whole skill to itself. A whole world. A whole universe to itself. Me love it because
you have to be skilful to play it!Freedom! Football is freedom." (Bob Marley - 1979)
(« Le football est une aptitude à part entière. Un monde à part entière. Un univers entier en soi-même. J’aime ça parce que tu as besoin d’être doué pour y jouer. Le football, c’est la liberté ! »).

Quiconque a entendu ces paroles mystiques prononcées par Bob Marley, ne peut qu’aimer encore plus ce sport. La vie, sinon l’œuvre du roi du reggae ne saurait être totalement comprise sans évoquer son rapport amoureux et compulsif à la balle. Passion d’enfance commune aux enfants des ghettos de Kingston, seul sujet d’unanimité entre les Wailers et leur entourage, amour du beau jeu argentin et brésilien, ultime distraction pendant son agonie, le football accompagne la vie du « Tuff Gong » (surnom de Bob Marley) jusque dans ses derniers instants. Mais quoi de plus normal qu’une personnalité si universellement appréciée adore le sport le plus populaire du monde? Un ballon et un t-shirt à l’effigie du rasta de la balle ouvrent presque toutes les portes de ce monde.

I- Une passion d’enfance du Rude Boy

Lorsque Robert Nesta Marley naît en 1945, le football est déjà bien implanté en Jamaïque. Les colons britanniques ont importé le « beautiful game » aux Antilles à la fin du dix-neuvième siècle. Le premier club officiel se crée en 1893, et rapidement d’autres suivent dans les principales villes de l’île, à Kensington, Melbourne, Kingston, Lucas, et à Saint-George. Avant même l’indépendance obtenue en 1962, une sélection nationale dispute des rencontres amicales, principalement contre Haïti et Trinidad & Tobago, voire dans le cadre de petites compétitions régionales comme les Central American and Carribean Games.

Le football s’est aussi et surtout développé dans les ghettos des Rude Boys de Kingston, notamment dans celui de Trench town qui voit grandir Bob Marley. La Jamaïque, comme les autres îles des Antilles britanniques, reste majoritairement réfractaire aux sports nobles anglais (cricket, polo). L’amour de la balle comme celui de la musique (rock steady, ska puis reggae) offrent une accalmie dans un univers empreint d’une violence endémique. Dans ses chansons, Bob Marley ne cessera de dénoncer les difficultés subies par ses compatriotes au quotidien. De fait, la Jamaïque est une vraie « poudrière sociale ». Mais, malgré ses appels prônant un retour au calme, Bob ne parviendra jamais à mettre un terme aux tensions régnant sur l’île.
Bien loin de l’image paradisiaque véhiculée par le tourisme, la Jamaïque, en particulier la ville de Kingston, est en état d’insurrection quasi permanente. Dans les années 1970, l’île est au bord de la guerre civile, en proie aux rivalités des deux partis dominés par le Premier ministre Michael Manley (PNP, progressiste), et le leader de l’opposition, Edward Seaga (JLP, conservateur). En 1978, Bob Marley réussit, le croyait-on, à célébrer la réconciliation nationale au cours du « One Love Peace concert ». Par son charisme, il permet au peuple jamaïcain de retrouver un semblant de paix. Mais elle ne lui survécut pas, et, aujourd’hui, les ghettos de Kingston sont toujours d’une rare violence. Finalement, pour une bonne partie des jeunes de l’île, football, ganja, reggae, rastafarisme, sont autant de moyens pour s’évader d’une réalité sordide et sans beaucoup d’espoir. Issus du ghetto, les Wailers étaient à l’image de la jeunesse jamaïcaine et trouvaient, dans la musique ou le football, un certain épanouissement.

II- Les Wailers, des amoureux du foot en tournée

Presque tous les membres du groupe adoraient le foot, mais le plus passionné était Alan " Skip " Cole. Un des meilleurs amis de Bob, il était l’ancien avant centre de l’équipe de Jamaïque. Il passe même pour le meilleur joueur des Antilles britanniques de tous les temps. Ses liens amicaux avec Bob étaient sincères et profonds. Les Wailers profitaient donc tout naturellement de l’influence de « Skip » qui, grâce à son professionnalisme, permettait au groupe de suivre un véritable entraînement quotidien. Chaque soir, après le travail au studio, Marley ne manquait jamais la partie de soccer dans la cour du 56 Hope Road.

Les nombreuses tournées mondiales de Bob Marley & the Wailers ont souvent été rythmées en fonction de leur passion pour le ballon rond. Le bus de la tournée était équipé d'une télé pour qu'il puisse suivre les matchs. A chaque étape, des matchs étaient disputés, parfois très sérieusement, contre des équipes de journalistes locaux ou des membres des maisons de disques, voire des petits clubs. En 1980, pour l’ultime tournée, un véritable tournoi fut organisé en marge d’un concert londonien dans un stade indoor près de Fulham, un des quartiers et club de la capitale anglaise. Bob a également joué avec les joueurs professionnels du FC Nantes (cf. photo avec Henri Michel dans le fichier joint), du PSG et probablement avec d’autres clubs professionnels lors du passage des Wailers dans leurs villes.
Concerts, répétitions, interviews…tout était programmé pour ne pas manquer les matchs des compétitions importantes. Quand Bob jouait de la musique, le ballon n'était jamais très loin. Il jouait au football presque tout le temps avant un concert, en coulisse ou pendant l’entracte. Et lorsque Bob jouait au football, sa guitare n'était jamais très loin non plus. La musique et le football n'étaient jamais dissociés. En 1978, le « Kaya tour » fut le grand moment footballistique de la carrière des Wailers. Tout fut prévu pour suivre la Coupe du Monde en Argentine, au grand dam des attachées de presse. Cette année-là, le trophée fut soulevé par l’Argentine. Bob était un fervent admirateur du jeu latin. Lors de la tournée, le passage en Amérique du Sud lui permit de rencontrer le joueur argentin Paulo Cesar. Toujours en 1978, l’Argentin Ossie Ardiles fut transféré du côté nord de Londres à Tottenham Hotspur, avec un autre vainqueur de la Coupe du monde : Ricardo Villa. Marley était un grand supporter d'Ardiles et comme cadeau, Rob Partridge, l'attaché de presse d'Island Records envoya un maillot de Tottenham à Bob.
Deux ans plus tard, en 1980, pendant la dernière tournée des Wailers, nommée le « Uprising Tour », Bob refusa multiples interviews pour participer aux matches de football. Selon Rob Partridge, pendant la partie anglaise de la tournée, de nombreux matchs furent joués dans un stade en intérieur à côté du terrain de l'équipe de Fulham. Compte tenu de l'amour profond de Bob pour le football, il semble donc logique que le plus grand concert qu'il ait donné se soit déroulé dans un stade de football : le mythique stade San Siro à Milan. Le 27 juin 1980, 100000 personnes ont pu assister à ce spectacle magique.

III- Le joueur

Bob Marley jouait le plus souvent en meneur de jeu créatif. Très doué techniquement, ses idoles étaient brésiliennes (Pelé) ou argentines (Ardiles, Villa). En amateur du beau jeu, il ne jurait donc que par le football latino-américain, et s’il porta un jour les couleurs des Tottenham Hotspurs, ce ne fut qu’en hommage à Ossie Ardiles. Son cœur battait en effet pour Santos, le magique et mythique club du Roi Pelé. Les qualités de footballeur du Rasta de la balle étaient indéniables. Un des grands spécialistes du football britannique, Danny Baker, qui le vit jouer à plusieurs reprises, assurait avoir vu en lui le talent suffisant pour mener une carrière professionnelle en Jamaïque. A l’époque, les joueurs des Caraïbes avaient peu de chance d’évoluer dans l’ancienne métropole.
Mais si le football fut sa grande passion sportive, elle n’atteint tout de même pas le niveau de son amour pour la musique : "I love music before I love football. If I love football first, maybe that a bit dangerous, because the football is very violent. If a man tackle you hard, it brings feelings o' war!" ("J’aime la musique avant le football. Si j’aimais le football d’abord, ce serait peut-être un peu dangereux, parce que le football est très violent. Si un homme te tacle durement, ça te donne des sentiments guerriers!"). Nouvelle prophétie du « Gong »…

_________________
As Far Forever.
Hommage a Bob Marley Cox210
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Hommage a Bob Marley Empty
MessageSujet: Re: Hommage a Bob Marley   Hommage a Bob Marley Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Hommage a Bob Marley
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AsFar Rabat :: FOOTBALL :: FOOT INTERNATIONAL :: Divers-
Sauter vers: